Portail contemporain en fer forgé deux vantaux

Contemporain … mais pas tout à fait

Portail deux vantaux de styles contemporain et roman

Trois interlocuteurs: l’architecte, le client, le ferronnier

Deux époques:  contemporain et roman

Deux matières: fer pur et acier (type Corten),

Deux techniques : forge au charbon de bois et presse plieuse numérique,

s’associent dans un même projet:

Situé en bourgogne, près d’un bâtiment classé du XIIème siècle, le propriétaire désirait pour clore sa propriété  » une création originale qui se fonde dans le paysage: minimaliste, élégante, discrète et belle à la fois. »

« PORTAIL  :  Distance  entre  piliers  =  209  cm , section  des  piliers =  33  cm, hauteur = 205   cm

PORTILLON :   Distance  entre  piliers = 105  cm, section des  piliers = 33  cm, hauteur =     200   cm

ALLURE GÉNÉRALE SOUHAITÉE : SOMMET DU PORTAIL   =   PAS DE CHAPEAU DE GENDARME   –  DROIT   OU  EN  POINTE DE TRIANGLE  ou / UN MOTIF DÉCORATIF

VENTAUX =  Hauteur au centre =    200  cm =  Hauteur  coté pilier   =   160  cm  REMPLISSAGE  SUR TOUTE LA HAUTEUR,  VOIR TÔLE DE REMPLISSAGE  EN  ACIER  CORTEN   (éventuellement) »

Suite à ce courrier, j’ai commencé par les études sur l’aspect général. J’ai défini  une dizaine de projets, tous différents, que j’ai soumis au client. Après réflexions, celui-ci a porté son choix sur une association possible de deux dessins : d’un côté le fronton en triangle, de l’autre l’agencement des tôles bord à bord.
J’ai alors porté l’étude sur une recherche iconographique de travaux d’époque romane afin que le fronton fasse corps avec l’environnement. Deux motifs  pouvaient s’accorder de façon heureuses, bien que ne provenant pas de la même source:

L’un est inspiré d’un détail d’une des grilles intérieures de l’abbatiale de Conques ( XIIème siècle) et l’autre  d’un détail d’une des grilles des fonds baptismaux de l’église Saint Pierre de Toulouse ( XIIème siècle, motif central)

 

motif Toulouse

Bien qu’elle ne soit pas de la région bourguignonne, j’ai choisi cette dernière car elle comporte un motif de croix particulièrement remarquable. Ce choix est aussi dû au fait qu’une croix plus classique serait plus du domaine des entrées de cimetière…
( Il faut noter qu’au début du XIIème siècle les grilles romanes ne comportaient pas de fronton. Ce n’est que vers la fin du siècle que commencent à apparaitre des piques et des ornements en « plates « ( tôles) J’ai donc du en inventer un, conforme au style de l’époque.)

La croix, au dessin reconstitué tel qu’à l’époque, est positionnée en partie centrale et répartie sur chaque vantail. En position fermée les deux parties réunies se complètent. Les frontons sont réalisés en fer pur.( auto patinable, résistant à la corrosion, utilisé à l’époque romane, forgé au charbon de bois, très ductile) et assemblés par rivets et colliers.

Façonnage de la croix centrale

Demi motif en court.

Le client m’envoie  alors  » une photo de croix occitane, que j’ai trouvé l’été dernier  dans l’Aveyron aux environs de Conques, dans une église. » C’est ainsi qu’a pu être défini le fronton du portillon.

Motif inspirant pour le portillon

Positionnement de la partie choisie du motif

Portillon en place

Pour la partie en dessous du fronton, l’architecte dplg Valérie Flamant m’a fait part de son désir que les tôles en acier Corten ( acier autopatinable, résistant à la corrosion) ne soient pas simplement posée bord à bord, mais qu’il serait préférable de leur donner un relief, ce qui accentuerait le côté contemporain. Un espace périphérique défini à 2cm2 fera l’affaire.

Les vantaux n’étant recouvert que sur la face extérieure, cela imposait de créer un espace entre les tôles et la structure afin que l’eau de pluie et de condensation ne stagne pas sur celle-ci. Des rondelles de plomb, faites maison, ont été donc prévues à chaque emplacement des vis fixant les tôles. Ces rondelles permettent de créer un vide de quelques mm sans nuire au bon maintient des tôles tout en permettant à l’eau de s’écouler librement.

La façon des tôles a demandé un long travail d’étude préparatoire afin qu’il n’y ait pas d’erreur au moment du pliage pour que les surfaces soient bien alignées entre elles. Le pliage en lui même a pris 12 heures à deux ( un grand merci à Jean-Jacques de l’entreprise de métallerie JJH Michaux à Chéméré, et à David pour son aide précieuse pour le pliage et la découpe ) Une fois le montage effectué, un espace de 2cm de profondeur et de 2cm de largeur, créant le relief, se trouve en périphérie de chaque tôle.

L’ensemble devant être démontable pour faciliter le transport et le montage, les tôles devaient prendre une forme de bac à rebord qui permettait de les positionner l’une sur l’autre afin de les visser ensemble sur la structure, suivant un ordre précis prenant en compte les épaisseurs.

Tôles avant montage

Pour marquer un peu plus le côté religieux , mais de façon discrète, de petites croix en tôle sont fixées à chaque intersection, assurant la finition.

croix de finition des tôles

 

Autre détail: les gonds supérieurs sont à lacet démontables, la base reposant sur crapaudine.

Gonds à lacets démontables

Portail dans son environnement.

Montage sur ouverture automatique réalisée par le client.

 

Un grand Merci à Valentin Yvenat ( stagiaire à l’époque ) et Raphaël Mégrier pour leur collaboration dans la réalisation de ce bel ensemble.

 

Des questions? Un projet? Contactez moi ici

 

 

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Ce contenu a été publié dans Actualités, Portail. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *