Capitan Anton Da Silva de la Calle Moraes

Conquistador-Amazonia 1492.

Issu de la basse classe portuaire, Anton Da Silva fit partie des toutes premières expéditions espagnoles en Amérique du Sud.

D’abord simple soldat, enrôlé de force à l’âge de 15 ans, il gravit très vite les échelons de la hiérarchie militaire grâce, notamment , aux méthodes expéditives des moustiques qui sévissent dans cette partie du globe.

Griffé à la joue droite par le chat du vaisseau lors de sa première traversée, il garde sur la joue gauche la marque du canon du pistolet qui , chauffé au rouge lors d’un combat qui eu lieu durant sa seconde traversée, failli lui ôter la vie. Ces marques lui donneront l’aspect patibulaire nécessaire pour asseoir une autorité que ne lui conférait pas son aspect juvénile.

Capitaine à l’âge de 16 ans, il se déclare roi du Venezuela, fonde la ville de Piritù et adopte , pour se faire reconnaitre par les indiens, une partie de leur coutume: habits, armement, moustiques …

Sur ordre de la Reine d’Espagne il lance des expéditions à la recherche du fameux  « El Dorado » : l’homme doré. Il remonte L’Unare, atteint le Suata, affluent de l’Orénoque, remonte celui-ci et prend la première à droite.

Il remonte ainsi la Caura, autre affluent de l’Orénoque, que le dit des vieux sages indiens séniles de la région affirme être magique.

Porté par les drogues des chamanes, il demande conseil à Lancelot du lac avant de pousser plus avant , avant. Mais le massacre de la population locale ne suffit pas à tarir ses visions effroyables : bergers du Caucase , moutons des Shetlands …

A moitié fou il traverse le massif des Guyanes, longe la sierra de Mato, la meseta del Cerro Jaurà et atteint le pied de la serra Paracaima.

Là il fonde Catisimina et nomme les deux survivants de son expédition , Eldor et Ado, respectivement maire et gouverneur de la province.

Il a tout juste 18 ans lorsque l’on perd sa trace à la source de la Caura. La légende raconte qu’il y erre toujours et qu’on peut l’apercevoir dans la lumière dorée du soir , discutant avec Lancelot du bien fondé de tout cela.

Capitaine Anton Da Silva De La Calle Moraes , sculpture

Capitan Anton Da Silva De La Calle Moraes

Ce contenu a été publié dans Sculpture. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *