Cloison de séparation de pièces en fer forgé

Dans la série « tout vient à point à qui sait attendre » voici la réalisation d’un projet dont le principe me tenait à coeur depuis longtemps : travailler une cloison en fer forgé en trois dimensions.

Cette opportunité m’a été donnée par un couple de la région nantaise. Le volume de leur entrée de salon devenant trop prégnant par rapport au reste de la pièce ils souhaitaient la cloisonner en partie.

Avant cloisonnage

Avant cloisonnage

Leur souhait était un design léger, unique, s’accordant avec le décor existant et surtout laissant un passage libre pour la circulation d’un fauteuil roulant.

Comme à mon habitude je leur ai proposé plusieurs dessins qui reprenaient leurs indications techniques et  leurs souhaits de styles. Un premier choix étant arrêté, j’en ai peaufiné les détails en suivant leurs indications et leur ai présenté le résultat

Dessin final

Dessin final

Ce dernier dessin accepté je suis passé à la réalisation.

L’idée première était que le rendu final présente un aspect d’une pièce ancienne. La patine à chaud du laiton au nitrate de cuivre s’adapte parfaitement à ce type de rendu, c’est pourquoi j’ai opté pour ce métal pour les feuilles. Délicate à mettre en œuvre, aux nuances pas facilement maitrisables, la patine à chaud présente cependant un grand intérêt pour ce type de pièce.

premier essai de patine

premier essai de patine sur les feuilles

patine avant la cire

patine avant la cire

Différences des nuances après cirage

Différences des nuances après cirage

La différence de tons entre la patine laissée naturelle et la patine cirée est un phénomène naturel, la cire assombrissant la teinte parfois jusqu’à la faire disparaitre là ou la couche est peu épaisse, laissant ainsi apparaitre le métal.

patine des feuilles finies

patine des feuilles finies

Dans le même ordre d’idée il avait été question de donner l’impression que le fer avait été recouvert d’or à la feuille. Mais cette idée a été abandonnée après quelques essais d’or de couleurs différentes sur le métal oxydé. Le rendu, quoique intéressant sur les échantillons, paraissait aussi factice qu’une pièce d’importation, ou totalement kitch, lorsqu’on passait au réel! Au final la patine du fer  fut choisie oxydée puis ciré à chaud.

déatil de la patine de l'acier

détail de la patine de l’acier

Les clients ont pu passer plusieurs fois à l’atelier pour voir les résultats au fur et à mesure de l’avancée du chantier. Ils ont pu ainsi mieux appréhender l’ouvrage et donner leur approbation sur les choix d’épaisseurs du métal, la façon et les patines. Nous avions aussi  communiqué par mail mais rien ne vaut le rendu du réel par rapport aux photos, dont les couleurs et contrastes peuvent varier suivant les écrans.

prêt pour le départ

prêt pour le départ

Conçu en deux parties pour faciliter la pose celle-ci put être exécutée sans problème.

Cloison philodendron posée

Cloison philodendron posée

Remerciement à Alain Bellino, sculpteur et spécialiste des patines, pour son aide précieuse.

Et sans oublier Benjamin, stagiaire en ferronnerie qui m’a accompagné sur ce projet.

Vous avez un projet? Contactez-moi ici

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Actualités, Aménagement d'intérieur, végétal. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *