Appuis de croisées en fer pur

Façade dont les ouvertures sont à sécuriser

Façade avant travaux

Voici un bâtiment  près de Nantes dont l’origine remonterait au XVIIème siècle et qui a été modifié au cours du temps.

Les ouvertures notamment ont été fortement modifiées et redimensionnées. Il reste à les sécuriser.

Pour cela, la propriétaire du lieu, souhaitant donner un caractère plutôt du XVIIIème à l’ensemble de la propriété, m’a fait parvenir des photos de différents balcons de Nantes datant de cette période.

Balcon du "Temple du Goût"

balcon du 18ème siècle à Nantes

Après une réflexion commune prenant en compte le dessin et le budget nous nous sommes arrêté sur deux modèles de balcon de la rue Kervégan. ( ci-dessus et ci-dessous)

Balcon du temple du Goùt

Balcon de la rue Kervegan au Temple du Goût

Comme il s’agit de faire des appuis de croisée plutôt que des balcons j’ai modifié le dessin d’origine afin de l’adapter aux dimensions des fenêtres.

L’idée étant de faire en sorte que les appuis donnent l’impression d’avoir toujours été là, le fer pur s’imposait comme matière. D’une part parce que c’était le métal employé à l’époque en ferronnerie, d’autre part parce que les propriétés du fer pur en font un matériaux auto-patinable. Sa faible teneur en carbone permet une oxydation de surface qui va s’arrêter avec le temps offrant une couche de protection naturelle.

Afin de donner un aspect vieilli les déformations dues au martelage ne seront que très peu corrigées.

Dans un premier temps, compte tenu du nombre d’éléments , des gabarits de cintrage ( ou « Faux rouleaux  » ) doivent être réalisés à partir d’un dessin à l’échelle 1.

Gabarits de cintrage

Préparation des gabarits de cintrage

 

Gabarits de cintrage

Gabarits prêts à être utilisés

Chaque élément a droit au sien. La pièce centrale du motif en demandera 2.

 

Les motifs sont réalisés dans du carré de 16mm de côté, amincis jusqu’à trois millimètres voir 1 mm.

Pas à pas des volutes

Façonnage des volutes en fer pur

Volute finie

Volute avant assemblage

L’ensemble des billes, goupilles, rivets et colliers sont réalisés en fer pur à l’atelier, à la main ou à partir d’étampes créées pour l’occasion. Tous les assemblages sont réalisés selon les techniques d’époque, sans soudure.

Billes en fer pur

Billes en fer pur en cours de perçage

Perçage

Perçage des billes

Façonnage des barres

Façonnage des barres pour les rivets et les goupilles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Matrice des colliers

Matrice pour le façonnage des colliers

Modelage des colliers

Après le passage dans la matrice

Tous ces petits éléments sont réalisé dans du carré de 16mm et du plat de 25mm x 6mm. Pour les barres des rivets et goupilles le 25 x6 est coupé en deux puis retravaillé au marteau pilon et au marteau à main afin d’obtenir un profil rond de 6mm de diamètre.

Les billes sont réalisées au marteau à main dans une étampe fabriquée pour l’occasion.

Cette étampe servira aussi pour les boules des pistils.

Pistil brossé

Brossage des pistils

 

Une fois tous les éléments réalisés on procède à une première présentation , dans un cadre qui servira de gabarit pour les 8 éléments identiques. Le 9ème aura son cadre propre. Cette présentation sert à vérifier les  volumes et à les ajuster au besoin, ainsi qu’aux repérages des embrèvements.

Collier et pistil prémontés

Montage à blanc du pistil et de son collier

Tous les détail réglés on positionne les emplacements des trous des rivets, on perce et on assemble par martelage.

Le martelage des rivets est une opération délicate où l’on doit procéder avec méthode afin d’être gêné le moins possible par le peu d’espace entre les éléments qui pourrait limiter le passage des bouterolles ou des pannes des marteaux. Des bouterolles à tête déportées sont nécessaires.

Appui de fenêtre assemblé

Appui assemblé

Une fois assemblés les éléments sont mis à patiner. (ci dessus l’un des grands appuis avant patine)

Seule concession à la modernité les pièces de scellement réalisées en acier doux sont galvanisées afin d’éviter les coulures de rouilles éventuelles le long des murs. les appuis viennent discrètement se fixer dessus à quelques mm du mur.

Nous voilà prêt pour la pose.

Ensemble avant la pose

Préparation de la pose

3 autres barres d’appuis (au premier plan) sont réalisées pour des fenêtres du grenier non aménagé d’un autre bâtiment.

Petit appuis posé

Le plus petit des appuis un fois posé

Pose des appuis

Bâtiment après la pose

Étalée dans le temps cette réalisation a pu aboutir grâce à l’aide  de Valentin Yvenat , Raphaël Mégrier et Gilles Gabriel dit « Gilles de Nancy ».

Contactez-moi pour plus de renseignements : thierryloeve@yahoo.fr

Ce contenu a été publié dans Actualités, Appuis de croisées, de style. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *